Pourquoi l’Europe, réflexions d’un sinologue, de Jean-François Billeter

Je ne sais pas ce que j’ai avec les éditions Allia. Peut-être que ce sont les couvertures à rabats, aussi pratiques pour marquer les pages que la carte glissée dans chaque volume destinée à recevoir le catalogue de la maison d’édition. A moins qu’il ne s’agisse de la qualité de ce papier légèrement jaune, si agréable au toucher comme à la lecture. Bref, je suis toujours un peu excité quand j’achète un nouveau titre de cette petite maison d’édition. Sans compter que c’est Allia qui édite Jean-François Billeter. Et tout est bien chez Jean-François Billeter, sinologue suisse qui parvient à vous persuader que la pensée chinoise est tout à fait accessible, d’une belle clarté. Ce qui conduit un jour le lecteur à se frotter au Tchouang-Tseu et très rapidement à ne rien comprendre à ces questions de tao. Alors, il repart vers les écrits de Billeter, retrouve l’illumination et retourne aux classiques chinois.

Dans son tout récent livre, Pourquoi l’Europe, réflexions d’un sinologue, il est question de Chine comme d’Europe. Parce que, selon Billeter, l’Europe constitue une menace pour la Chine. Car l’Europe met en avant l’individu et la liberté comme principes, autant de coins enfoncés dans un système chinois qui se veut hermétique. Pour appuyer sa thèse, Billeter esquisse une histoire de la Chine, qui semble limpide (alors que rien n’est moins vrai), puis de sa pensée, en évoquant confucianisme et taoïsme, en bref le culte des ancêtres et de la hiérarchie puis les variations sur le tao, sorte de philosophie de l’acte. Et l’on parvient au XXIe siècle avec Xi Jiping, nouvel empereur, qui fait une synthèse assez monstrueuse du communisme à la chinoise et du confucianisme. Face à cela, les Lumières européennes. Cela semble un peu disproportionné à première vue. Surtout que Billeter pour affiner son propos se réfère à Ernest Ansermet, chef d’orchestre suisse, auteur des Fondements de la musique dans la conscience humaine. Si Jean-François Billeter a bâti une sorte de philosophie, de méthode de méditation fort bien décrite dans Un Paradigme et Esquisses, il écrit avoir été troublé par Ansermet. J’avoue avoir un peu perdu le fil dans cette partie. Et je ne sais pas trop bien comment fait Billeter pour retomber sur ses pattes. Mais tout redevient clair après quelques pages assez obscures.

Pour conclure, Billeter milite pour une république d’Europe, sorte de surcouche aux identités nationales, et surtout régionales. Celle-ci ne peut se faire que par une connaissance de soi, de l’Autre, des autres. De là, l’Europe peut être une inspiration pour les Chinois. Et donner à la Chine une respiration.

Jean Frédéric Tuefferd

(Pourquoi l’Europe, réflexions d’un sinologue, Jean-François Billeter, Paris, Allia, 2020)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s