KITCHEN BLUES – Clémence Longy

(crédit photo : Abigail Jacquier)

 

Il y a un peu de Clara veut la lune (Alain Chamfort ) dans le personnage de Kitchen blues. Une Clara qui souhaiterait tellement de bouleversements dans sa vie. Ou plus précisément dans ses vies, au nombre de sept, comme celles des chats. Une Clara drôle et pourtant bien souvent d’humeur chagrine, remarquablement interprétée par la comédienne Clara Simpson dans un rôle taillé – ou plutôt écrit – sur mesure. Actuellement présenté au Théâtre de l’Elysée, Kitchen blues est le titre de la mise en scène du texte de J.P. Siméon intitulé Femmes en face d’un homme silencieux.

CLARA VEUT LA LUNE

Sur la scène l’intérieur d’un appartement a été reconstitué à grands traits : esquisse d’un petit vestibule sur la gauche, salle d’eau derrière à jardin, espace cuisine en fond de scène, et au bord, face public, un fauteuil. C’est assise dans ce fauteuil que nous apparaît d’abord la comédienne, étrangement coiffée d’une colombe empaillée. Première d’une des sept personnalités de Clara, sorte d’excentrique anglaise, névrosée et phanérophobe. Femme à septuple personnalités ou interprétation de sept personnages féminins sous forme de « minilogues », nous n’en saurons rien. Une seule certitude : toutes sont sur le départ et semblent souffrir d’une profonde solitude à l’instar des anti-héros beckettiens. Jean Pierre Siméon a écrit ce texte pour son amie Clara Simpson et c’est elle qui d’ailleurs incarne chacune de ces femmes dans la mise en scène de Clémence Longy. Le poète explique la genèse de l’œuvre dont le point de départ était d’abord un seul monologue : « Ce monologue écrit (qui, que cela se voie ou non, porte l’empreinte de Yeats, Synge et Beckett), je ne pouvais que le faire lire à mon amie Clara Simpson […] La suite est simple : Clara jugeant que […] cela tenait la route, je me suis mis en tête de continuer et de constituer pour elle un ensemble de monologues bâtis sur le principe du premier : une femme parle, confidence, aveu, diatribe ou adieux, devant un homme qui ne dit rien (situation dont on conviendra que l’ordinaire lâcheté masculine offre de nombreuses occasions). Ensemble polyphonique donc conçu comme un kaléidoscope dont les correspondances et les contrastes fondent l’harmonie. »

OÙ L’ACTION SANS CESSE REBONDIT

L’avis de l’auteur sur la lâcheté masculine lui appartient, et nous le lui laissons. Néanmoins, tout se passe comme si nous, public, étions là pour endosser le rôle de l’homme silencieux, empêchés dans notre statut de spectateur (hors scène, donc) de pouvoir donner la réplique à cette pauvre femme, combative et touchante, enlisée dans une vie à contre cœur, mais forcée de se débattre seule. L’une de singularités de la mise en scène tient à la place attribuée à l’appartement. Si l’actrice soliloque, tout se passe comme si son habitation était elle-même un personnage. Le four se met en route intempestivement, ou se transforme en radio. De la bouilloire coule du sable. Un lampadaire tient lieu d’interlocuteur. Familier mais étrange, l’appartement prend vie au gré des humeurs de Clara, comme pour faire écho à sa solitude. Echo et crescendo qui rythment la pièce accompagnant le jeu de la comédienne d’une part, et suscitant d’autre part émotions et empathie dans la salle, tant et si bien que l’on quitte le théâtre avec un peu de Clara en soi.

Sophie Rieu

 

Texte : Jean-Pierre Siméon

Mise en scène : Clémence Longy

Avec : Clara Simpson

Ambiance sonore : Caroline Mas

Scénographie : Fanny Gamet

Lumière : Julia Grand

Assistante : Célia Vermot-Desroches

 

Théâtre de l’Elysée, Lyon, du 24 janvier au 2 février 2018, Durée : 1h15

Site du théâtre de l’Elysée :  http://lelysee.com/

Publicités

Une réflexion sur “KITCHEN BLUES – Clémence Longy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s