Les Ardennes, de Robin Pront

(Crédit photo: Jeroen Perceval, Kevin Janssens)

Le long-métrage, le premier du réalisateur belge Robin Pront, est candidat du pays pour l’Oscar comme film étranger, mais il n’est pas sans défauts : le produit a un goût artificiel.

L’histoire se concentre sur un triangle amoureux assez banal où deux frères aiment la même femme, jouée par Veerle Baetens (actrice dans Alabama Monroe), plutôt sensuelle et énigmatique dans ce rôle. Le premier frère a aimé la femme avant de finir en prison, le deuxième pendant que celui-ci purgeait sa peine. Mais un jour naturellement le premier va pouvoir sortir de prison et les deux frères vont devoir s’affronter.

Les Ardennes est un thriller noir avec une bonne tension, mais le tout dessiné un peu à gros traits, même si la caméra de Pront cherche à fournir épaisseur et personnalité aux personnages et à leur milieu. Mais le résultat n’est pas convaincant, car le spectateur ne réussit jamais à entrer vraiment dans l’histoire. Le tout reste un étang trop sale pour nous convaincre à y nager. Certes, il faut admettre que le film est le premier de la carrière de Pront, et il faut lui donner un peu de mérite. Quelques séquences sont vraiment bien tournées, comme la bagarre au lave-auto, ou la dispute chuchotée qui en arrive presque jusqu’aux mains au commissariat de police. Le coup de théâtre final aussi est inattendu et il a un certain impact sur les spectateurs. Le choix du titre est finalement intéressant, mais pas assez souligné : les Ardennes représentent en effet le lieu où, lorsqu’ils étaient jeunes, les deux protagonistes jouaient ensemble et où maintenant ils sont prêts à s’entretuer.

Le film présente donc des qualités et des défauts, ce qui est le symptôme d’un puzzle où il manque encore des pièces. Le réalisateur a surement devant lui une belle carrière, mais il doit encore acquérir de l’expérience avant de pouvoir être considéré comme un réalisateur culte, ce qui a été déjà proposé par des critiques un peu trop exaltées.

Tommaso Tronconi, traduit par Fabio Raffo

Source originale le blog italien de critique « Onesto e spietato »: http://www.onestoespietato.com/le-ardenne-recensione-film-belgio/

(Tommaso Tronconi, 1988 : florentin doc, a effectué l’ensemble de son parcours universitaire à Florence, notamment un master en Histoire du Cinéma et s’est spécialisé dans la critique cinématographique et la création de blog, ndlr.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s