11.22.63

(crédit photo: Brandon Russel)

Cette série, coproduite par l’acteur James Franco, qui joue aussi le rôle principal, reprend le livre éponyme de Stephen King. Le titre se réfère à la date[1] de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy à Dallas par Lee Harvey Oswald. Ce feuilleton relate les aventures de Jake Epping, un professeur d’anglais du Maine qui découvre par hasard dans un bar, qu’il fréquente régulièrement, un passage temporel qui conduit en 1960. Son ami Al, le propriétaire du bar, le convainc de vivre trois ans dans le passé pour empêcher le meurtre de Kennedy : lui-même a tenté le coup, mais le passé montre des résistances à tout changement, et maintenant il n’est plus en mesure de retenter. Comme dans la série The Man on the High Castle –qui a fait l’objet d’une critique sur ce même blog- Histoire et fiction se mêlent pour offrir des versions alternatives de notre présent contemporain. Toutefois aussi bien dans le livre que dans la série le lecteur est déçu dans ses attentes et dans ses réponses. L’hypothèse qui préside à ce récit est qu’empêcher le meurtre de Kennedy aurait rendu notre monde meilleur : c’est ce que semble affirmer au début King, qui n’a jamais caché une réelle adoration pour cette figure historique. C’est la raison principale qui a poussé l’auteur à écrire cette histoire, mais finalement son imagination n’a pas réussi à offrir des réponses satisfaisantes.

Malheureusement, la série suit trop fidèlement le livre, probablement à cause du contrôle de l’auteur sur les scénaristes. Quelques éléments changent, pour des raisons probablement de format : dans la version télévisée par exemple, Jake trouve une aide dans la figure de Bill, un vagabond du Maine, qu’il fait passer ensuite pour son frère, alors que dans le livre il est presque tout le temps seul  . Cette possibilité semblait peut-être trop difficile à réaliser sur les écrans, où le protagoniste ne peut pas livrer si facilement ses raisonnements intérieurs aux spectateurs. Dans le livre aussi Jake fait plusieurs tentatives pour changer le passé et retourne ensuite dans le futur pour vérifier ce qui se passe : ce n’est pas le cas dans la série. Cela aussi aurait probablement trop compliqué la linéarité des évènements. Ces changements semblent donc nécessaires à la transposition de l’histoire sur le petit écran et surtout l’introduction de Bill apporte des approfondissements psychologiques intéressants sur les personnages.

Hormis la fin un peu décevante et encore moins approfondie par rapport à la version du présent alternatif dans livre, la série montre toutefois des qualités. Les acteurs jouent bien, même si le maquillage peu soigné surtout suite à des faits de sangs gâche un peu leur crédibilité. Certaines scènes sont particulièrement bien tournées : nous pensons notamment à la scène du retour d’Oswald de Russie, qu’on voit répétée sous plusieurs angles et surtout au moment où le meurtrier décide d’accomplir son acte. La caméra semble vraiment rendre visible cet instant même de pensée et de décision et l’importance que ce choix définitif va assumer dans l’histoire du récit et plus généralement dans l’histoire générale. Le moment même de l’assassinant est par contre plutôt décevant par rapport aux attentes qu’il crée. Autre qualité, la musique du générique est particulièrement entraînante.

En conclusion, il s’agit d’un produit d’assez bonne qualité qui a le mérite de se contenter d’un petit format – seulement huit épisodes –  qui se consomme agréablement.

[1] En anglais les chiffres du jour et du mois sont inversés dans l’indication de la date.

Fabio Raffo

Réalisation: Kevin MacDonald
Production: J.J. Abrahams, Joseph Boccia, Athena Wickham, James Franco
Scénario: Bridget Carpenter, Stephen King
Avec: James Franco, Sarah Gadon, George MacKay, Daniel Webber

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s