Vanishing point

(photo Patrick Berger)

Road trip et arts vivants

Marc Lainé travaille depuis 2008 autour de l’interdisciplinarité mêlant théâtre, cinéma, et musique, mais on notera surtout que c’est à partir de 2010 qu’il entame un cycle de spectacles portant sur les contre-cultures américaines et les mythologies populaires (Norman Bates est-il ?, Break Your Leg !, Just For One Day ! ou encore Memories From The Missing Room-inspiré par le groupe de rock Moriarty) ; Vanishing Point s’inscrit dans ce cycle. L’originalité du travail de Marc Lainé tient à sa recherche autour de la représentation des cultures populaires américaines au théâtre, en impliquant pleinement le spectateur dans le montage de l’histoire. A la fois théâtre sur le film et simultanément film lui-même projeté sur grand écran, Vanishing Point relève le défi de nous plonger en plein road trip. Soulignons que le prochain spectacle de Marc Lainé qui portera sur la lycanthropie nous plongera au cœur d’un film d’horreur ; la présentation au public est prévue pour la saison prochaine.

Pour ce spectacle, Marc Lainé a opté pour un décor plutôt dépouillé : trois murs en aggloméré délimitent l’espace de jeu ; côté jardin une vieille voiture est garée, alors que côté cour sont installés les instruments du groupe Moriarty. En dehors de ces éléments, une petite table et une banquette en skai symboliseront tour à tour une brasserie ou une coiffeuse ; alors qu’en face, côté cour, un grand lit servira à figurer les différentes chambres d’hôtels, escales des protagonistes. Le spectacle s’ouvre avec un chant indien, enveloppant, entonné par Marie Sophie Ferdane (Jo) qui s’est installée sur le capot de la voiture. Puis s’ensuit le suicide au gaz carbonique de Suzanne – quinquagénaire – dans cette même voiture ; elle vient d’appeler Jo pour lui annoncer sa volonté d’en finir. Deuxième séquence : Jo sur scène, accompagnée par le groupe Moriarty. On comprend alors que cette dernière est chanteuse dans un club de Montréal. Le spectacle qui suivra, en remontant le temps, déroulera l’histoire de ces deux femmes, nous apprenant ce qui les lie l’une à l’autre. Enfin troisième personnage de la pièce : Tom. C’est lui qui va entrainer Suzanne dans ce long périple en voiture à travers le Québec, en direction de Waskaganish ; la traversée que le spectateur fait avec eux est entrecoupée de superbes intermèdes rock interprétés par Moriarty et Marie-Sophie Ferdane (Jo).

Le voyage, fixe (car principalement joué et filmé autour de la voiture sur scène), nous plonge dans une atmosphère fantastico –onirique où le mystère s’estompe peu à peu, au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire. C’est d’abord la quête initiatique du road trip – et sa propension à nous entrainer dans une exploration de la Psyché – qui est privilégiée. C’est ensuite une aventure mélancolique et rock régulièrement ponctuée d’interventions de Moriarty à la manière d’une bande son de film.

Mais l’intérêt principal de la pièce réside dans l’expérience singulière vécue par le spectateur face au dispositif imaginé par Marc Lainé. Car la voiture placée sur la scène est encadrée par deux écrans sur les lesquels défilent des paysages ; et la voiture est elle-même filmée par différentes caméras pour aboutir à un montage (comme celui d’un film, mais ici en temps réel) qui nous est montré sur un grand écran placé au-dessus de la scène, tel un drive in. Si le spectateur cherche au départ où poser son regard : sur la voiture garée sur la scène, sur le groupe Moriarty, ou encore l’écran exposant le film bricolé ; on se rend vite compte que le cerveau opère lui-même son montage, s’attardant ici ou là selon ses envies mais sans perdre pour autant le film de cette belle et étrange histoire. Reste la musicalité et la belle atmosphère fantastique de ce road théâtre.

Sophie Rieu

 

Du 7 au 11 février 2017 – Théâtre de la Croix Rousse (Lyon)

Lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=m5QAc32Gm7E

 

conception, écriture, scénographie et mise en scène : Marc Lainé

écriture musicale : les musiciens de Moriarty

avec Marie-Sophie Ferdane (Jo), Sylvie Léonard (Suzanne), Jean-Sébastien Courchesne (Tom) et les musiciens de Moriarty : Juan Guillermo Dumay, Vincent Talpaert et Stephan Zimmerli son : Morgan Conan-Guez

lumières : Kevin Briard et Marie Boëthas

costumes : Elen Ewing

vidéo : Baptiste Klein, Benoît Simon

collaboration artistique : Tünde Deak

assistante à la scénographie : Aurélie Lemaignen

construction décor : Ateliers de la Comédie de Saint-Etienne

administration : production, diffusion Les Indépendances – Colin Pitrat, Clémence Huckel, Florence Bourgeon

production : La Boutique Obscure

coproduction : CDN de Normandie-Rouen Petit Quevilly-Rouen-Mont-Saint-Aignan, Théâtre National de Chaillot, CDDB – Théâtre de Lorient – CDN, La Ferme du Buisson – SN de Marne-la-Vallée, Espace Go de Montréal, Comédie de Saint-Etienne, SN 61 | résidence à La Ferme du Buisson – SN de Marnela-Vallée et au CDDB – Théâtre de Lorient

 

Site du théâtre de la Croix Rousse : www.croixrousse.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s