Voyage of time, de Terrence Malick

(Crédit photo: Laurianne de Casanove)

National Geomalick

Après une première tentative dans The Tree of Life, Terrence Malick dédie entièrement sa dernière réalisation à la création du monde et de la vie, traversant les époques historique et géologiques. Son film devient un voyage au centre de la Terre et en même temps au cœur du cinéma, grâce à des images d’une beauté éblouissante, où le temps, presque, se matérialise.

Dans ce long-métrage Malick reprend sa technique narrative habituelle : une voix off qui prend en chage le récit et exprime les pensées de Cate Blanchett. L’actrice interpréte un monologue tout au long du film où elle pose toute une série de questions, destinées à rester sans réponses, adressé à la Terre Mère. L’Homme, parle, demande, mais la Nature ne répond pas. Ainsi le réalisateur reprend le thème romantique du conflit entre l’Homme et la Nature, mais dans la vision de Malick ce n’est pas la Nature qui est terrible et néfaste, car elle est une mère généreuse et patiente avec l’Homme. C’est ce dernier qui doit assumer le rôle du méchant, car il crée les différences sociales, il tue son prochain et les animaux, et fait des dégâts irréparables à l’environnement. En dehors de ces grands questionnements, Malick nous montre, comme dans son précédent film, des images de la création du monde, des météorites, de la lave, des atomes et d’énormes dinosaures.

Voyage of time est un opus éloquent dans la filmographie d’un réalisateur qui n’éprouve pas le besoin de se renouveler, mais au contraire veut creuser une thématique, pour lui fondamentale. Et il trouve toujours un public qui le suit sans le trahir et continue de s’émerveiller face à sa magie.

Voyage of time demande seulement au spectateur de se laisser transporter par le flux du temps et du septième art, par la symphonie des images de Malick, où il insert malgré tout l’espoir et son optimisme inébranlable, si on comprend sa vision. Le voyage n’est pas encore fini pour lui.

Tommaso Tronconi, traduit par Fabio Raffo 

Source originale le blog italien de critique « Onesto e spietato »: http://www.onestoespietato.com/voyage-of-time-national-geomalick/

(Tommaso Tronconi, 1988 : florentin doc, a effectué l’ensemble de son parcours universitaire à Florence, notamment un master en Histoire du Cinéma et s’est spécialisé dans la critique cinématographique et la création de blog, ndlr.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s