The man in the High Castle

(crédit photo: Amazon studios)

1947 : fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Les nazis et l’empire japonais gagnent la guerre après avoir lancés une bombe atomique sur Washington D.C. L’Amérique est partagée en deux, entre l’ouest, occupé par les Japonais (The Japanese Pacific States), le centre, neutre, et la partie plus grande, l’Est, dirigé par Le Grand Troisième Reich.

1962 : Adolf Hitler continue à diriger le Troisième Reich, mais il est malade et âgé : entre les autres leaders nazis, une lutte pour sa succession s’est engagée. Les Allemands et les Japonais sont encore formellement alliés, par la volonté d’Hitler, mais dans chacun des deux champs beaucoup trament dans l’ombre pour faire éclater une troisième guerre mondiale. Entretemps, des groupes de résistants cherchent tous les copies de La sauterelle pèse lourd, diffusée par le Maître du Haut Château, un film qui montre une réalité alternative, où la deuxième guerre mondiale a été gagnée par les Etats Unis, et qui semble avoir des pouvoirs inconnus…

Ce qui semble avoir l’air d’un terrible cauchemar est bien la trame uchronique de la série américaine The Man in the High Castle, sortie en 2015 et disponible sur Amazon depuis novembre, inspirée par le roman homonyme de Philipe K. Dick (1962), un des maîtres de la science-fiction, dont l’œuvre est déjà source de plusieurs films importants, notamment Blade Runner de Ridley Scott, producteur de la série.

La série prend certaines libertés par rapport au roman. Déjà, la figure d’Hitler dans le livre est marginale : les autres leaders se sont débarrassés de lui toute de suite après la fin de la guerre, en l’enfermant dans un asile de fous. Or, sa présence dans la série apparait à certains égards comme une faiblesse: un Hitler prônant la paix et le status quo semble peu crédible par rapport à l’image que nous avons du personnage. En même temps le spectateur est curieux de voir son visage, vieilli, et la série fait le choix intelligent d’attiser cette curiosité en ne faisant apparaitre entièrement Hitler qu’au tout dernier épisode.

Le récit prend donc des chemins différents du livre : certains personnages sont complètement inventés, d’autres voient leur rôle ou leur importance changer. Dans ces changements j’ai trouvé un point fort: l’approfondissement psychologique des personnages. Si effectivement la vision de K. Dick était positivement influencée par une passion pour l’orient, au risque d’une certaine schématisation (Allemands méchants / Japonais bons), dans la série les personnages sont beaucoup plus nuancés. Cela transparait surtout dans le personnage de John Smith, chef des SS à New York, à la fois cruel et impitoyable contre les membres de la résistance, mais dévoué envers la famille et au nouvel ordre établi.

Par contre ce qui était intéressant dans le livre de K. Dick était le fait que La sauterelle pèse lourd, racontait une histoire alternative, la victoire des Alliés, dans laquelle à son tour certains éléments ne collaient pas à la vérité historique : Hitler était soumis à un procès après la fin de la guerre, etc. Ce qui pour le moment n’est pas le cas dans la série.

Le rythme de la série, comme c’est souvent le cas, souffre de quelques lenteurs au début, pour arriver à un climax vers les épisodes centraux, où l’un des protagonistes, Juliana, tout en étant poursuivie par des agents nazis, s’enfuit vers les états centraux. Elle possède une copie du film à fournir aux résistants. Puis on a de nouveau quelques lenteurs, pour arriver enfin au dixième épisode, qui offre tout de même de véritables coups de théâtre. Les acteurs sont convaincants et la réalisation est sans défaut mais sans réels exploits non plus. A voir pour la suite…

Fabio Raffo

Idée: Frank Spotnitz
Scénario: Philip K. Dick
Producteurs: Ridley Scott, Amazon Studios…
Avec: Alexa Davalos, Rupert Evans, Luke Kleintank, Rufus Sewell, Cary-Hiroyuki Tagawa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s