Acqua de Via Padova

(crédit photo : orchestradiviapadova)

L’eau dans la musique et sur la planète

Pour la présentation d’Acqua (Eau), tout « l ’Orchestra di Via Padova », a choisi le Théâtre Leonardo de Milan. Le nouveau cd est un album-concept ayant comme source d’inspiration la problématique du manque de nourriture sur la planète, thématique qui est celle aussi de l’Expo 2015 à Milan – qui vient de se conclure. Il s’agit de onze morceaux inédits composés par différents auteurs: dans chacun on retrouve la culture, la formation et naturellement le goût musical propre de son auteur.

Le produit final forme un travail absolument unique, résultat du long travail social que l’Orchestre réalise depuis désormais plusieurs années avec les nombreuses communautés d’étrangers qui vivent dans les alentours de Milan. Via Padova est d’ailleurs la rue plus multiethnique de la ville italienne, et il s’agit donc d’un lieu d’échange idéal pour le travail de l’orchestre et pour les musiciens migrants.

Le concert prend donc la forme comme un tour du monde, qui traverse les différentes cultures et genres musicaux : on y retrouve le funk, le blues, les ballades de l’Europe de l’Est, et aussi la musique d’auteur-compositeur-interprète typiquement italienne. Mais le jazz est le commun dénominateur, terrain de formation de tous les musiciens.

Aziz Riahi propose un chant traditionnel du muezzin, Asi es Chincha de Juan Carlos Vega (voix), et Alfredo Munoz et Yamil Castillo Otero (percussions) présentent des mélodies latino-américaines. L’atmosphère devient ensuite plus douce grâce au son du balafon, un instrument caractéristique africain, de Abdually Traorè, tandis que les violons concluent sur une berceuse qui introduit Dugukolo, soit la trace qui exprime l’envie de remercier et respecter Terre mère. Gianluigi Carlone aborde quant à lui des thématiques plus politiques dans Il banchetto degli Ingordi (La table des gourmands), en faisant référence explicite à l’Expo. On trouve enfin un hommage au chanteur Fabrizio de André et précisément à Volta la carta (Tourne la carte), ce qui laisse au spectateur italien un sentiment de nostalgie et d’appartenance artistique.

Le titre du CD fait référence naturellement à la source de vie la plus importante de la planète, ce qui est rappelé aussi par le directeur artistique Massimo Latronico sur la première de couverture : « L’arbre renversé est le symbole de ce nouveau travail, il s’agit d’un arbre qu’il faut continuer de nourrir avec la source vitale : l’Eau, élément de vie, de culture et d’échange, tout en ayant en conscience que chacun de nos gestes a une conséquence, positive ou négative, sur tout l’écosystème. »

Layla Dari (traduit par Fabio Raffo),
Source originale internet le blog de critique de l’Université de Florence : http://www.drammaturgia.fupress.net/recensioni/recensione2.php?id=6237

(NDLR : Layla Dari est doctorante en Histoire des Arts et du Spectacle à l’Université de Florence. Son projet de recherche comporte comme élément central les Orchestres Multiethniques en Italie et en Europe. Elle a travaillé comme assistante à la direction artistique et de la communication du Festival du Désert et pour le festival Fabbrica Europa. Elle a suivi aussi des formations dans des festivals étrangers, parmi lesquels le MESS, festival internationale du théâtre contemporain à Sarajevo en qualité de responsable du jury international.)

Directeur artistique : Massimo Latronico
Voix : Aziz Riahi, Juan Carlos Vega
Percussions : Abdoullay Ablo Traore

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s