L’Étrange affaire du pantalon de Dassoukine de Fouad Laroui

(crédit photo : Isabelle Simon/SIPA)

Le coup de pied de Laroui

Ecrivain et économiste marocain établi aux Pays-Bas, Fouad Laroui a publié un excellent recueil de nouvelles intitulé L’Etrange affaire du pantalon de Dassoukine (Julliard, 2012), couronné par le Goncourt de la nouvelle 2013. L’auteur satirique du désopilant et célèbre roman Une Année chez les français (Julliard, 2010, Prix de l’Algue d’Or) poursuit avec autant de vigueur sa critique aiguisée des travers de la société, grâce à des personnages toujours aussi farfelus et loufoques.

Composé de neufs nouvelles, le recueil nous fait voyager à travers plusieurs villes du monde : Casablanca, El Jadida, Khouribga, Utrecht, Paris et Bruxelles. L’auteur puise son inspiration, selon ses mots, dans un « stock d’anecdotes » collectées à droite et à gauche, éclats de souvenirs d’un adulte à cheval entre plusieurs cultures. Au menu : satire et ironie. Fouad Laroui reste fidèle à la pratique voltairienne de la littérature, s’en donnant à cœur joie dans le démantèlement des stéréotypes qui minent les rapports sociaux et qui font que l’étrangeté devienne le lot de tout un chacun dans des cultures de plus en plus barricadées. Les histoires sont captivantes, hilarantes et braquent l’humour comme arme contre l’intolérance et les fondamentalismes de tout genre. La bizarrerie des personnages larouiens n’a d’égale que l’absurdité de leur condition.

L’auteur du Maboul (le simplet) met en scène la bêtise humaine dans un style à la fois tordant et mordant ! Il fait dire à un de ses personnages : « ‘Mise en scène’ ? C’est exactement ça, c’est vraiment le mot ! J’ai mis en scène le malaise, l’angoisse, où vous m’avez plongé […]. Et maintenant, nous sommes quittes. Le compte est réglé. Je suis mort et vous aussi. Nous pouvons enfin vivre ». Régler son compte au monde, ou plutôt à ses travers, telle semble être l’entreprise du romancier et nouvelliste marocain, critique véhément et infatigable de son époque. À coup d’anecdotes insolites, L’Etrange affaire du pantalon de Dassoukine dépeint une vision cynique des espaces que l’auteur a fréquentés et dont il a scruté les dessous des réalités lissées. Un vrai coup de pied au conformisme passif de nos contemporains !

Rabiaa Marhouch

Fouad Laroui, L’Etrange affaire du pantalon de Dassoukine, Paris, Julliard, 2012, 167p.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s